Le prochain engouement public : l’espace des kibboutz et des moshavim pour l’énergie solaire.

Des permis de construire des fermes solaires sont actuellement octroyés au propriétaire terrien ainsi qu’aux villages disposant d’un certains nombres de m2 .

Ces permis représentent une forme de compensation pour l’abandon de l’agriculture, et certains y voient une machine à imprimer de l’argent sans travail. Aujourd’hui, les kibboutz et les moshavim sont autorisés à créer des champs solaires avec l’accompagnement d’entreprises et de banques .

Les terres agricoles intéresse les investisseurs étrangers , le domaine des terres portera sur les droits supplémentaires accordés aux kibboutzim et aux moshavim dans le but d’établir des projets d’énergie solaire sur les terres qu’ils détiennent.

L’agriculture Israélienne réduit ces dernières années ses activités en concentrant son fleuron dans le sud du pays. Les agriculteurs du Nord et Centre délaissent ce métier trop périlleux et contraignant face aux nombreux problèmes et difficultés lies aux marches , et conditions ( enveloppes budgétaires , droits d’exportation … ) quasiment insoutenable pour les « petits agronomes « 

La solution serait de trouver un alternative au terrains agricoles et que de mieux que » la planche a billet  » 

Devenir producteur d’électricité

Le soleil qui est très présent dans le quotidien israélien peut s’avérer un atout considérable , et fait gagner de l’argent aux producteurs d’électricité , dont le prix ne cesse d’augmenter depuis 2011 .

Aujourd’hui, une série de discussions a été ouverte au bureau du procureur général, avec la participation de l’Autorité foncière israélienne, des ministères des finances et de l’énergie et de l’autorité chargée de l’électricité. La nécessité de passer à l’énergie renouvelable et claire, de réduire les tarifs d’électricité et de réduire la pollution et les gaz à effet de serre.

On peut se demander que, un pays de chauffe-eau solaires n’a pas réussi à augmenter de manière significative la quantité d’électricité produite à partir d’installations solaires, qui d’après les statistiques : l’Allemagne, du Nord et nuageux, le volume de la production d’électricité à partir de l’énergie solaire est de 14% de la consommation totale, alors qu’Israël est d’environ 3% De la consommation – en terme d’ensoleillement ,  Israël a un potentiel de production du double de celui de l’Allemagne

 

Les champs solaires sont des consommateurs de terres , ils leur faut énormément de place , et les kibboutz et les moshavim en ont énormément , ces derniers ont reçu un permis pour construire des champs solaires sur les terres qu’ils ont reçues de l’état pour l’agriculture. Le permis de construire des fermes solaires est une sorte de compensation pour l’abandon de l’agriculture, et il y a ceux qui le voient comme une machine à imprimer de l’argent sans travailler.

Aujourd’hui, les kibboutz et les moshavim sont autorisés à construire des champs solaires en partenariat avec un entrepreneur d’une superficie de 250 dounams. Exceptionnellement, même deux kibboutzim sont autorisés à consolider le permis pour créer un projet de 500 acres. MK Eitan Broshi, un représentant de la faction du camp de kibboutzim sioniste, récemment occupé par diverses affaires, y compris pousser les kibboutzim d’approbation et moshavim mis en place des projets de 1000 hectares. Il ne fait aucun doute que les organisations sociales, telles que le Mizrahi Democratic Rainbow, vont une fois encore submerger la question de la justice distributive et de la proportionnalité, comme au tribunal foncier.

Le cabinet d’état prendra des décisions très prochainement , quant a l’obtention de permis de production et revente d’électricité par des particuliers qui disposeraient de quelques dizaines de Dunams .

30 % des terres agricoles qui a l’heure actuelle ont été abandonnés par les agriculteurs retrouveront  très prochainement un nouvel usage  .

Acheter un terrain agricole